Motifs et moment de souscription à l’assurance emprunteur

Afin de réaliser votre projet, il vous faut avoir un prêt et habituellement une assurance emprunteur. Composant essentiel du crédit, l’assurance emprunteur vient remplir l’étude de solvabilité réalisée par la banque. Retrouvez alors à travers les quelques lignes suivantes les points essentiels à savoir à propos de ce type d’assurance ?

Recherche le plus vite possible de l’assurance

Afin d’effectuer en toute tranquillité votre projet, la quête d’une assurance emprunteur peut se réaliser avant la quête de crédit. Et ce, particulièrement si vous envisagez que l’assurance peut sembler compliquée à avoir. Devancez la quête de l’assurance, une fois que vous savez la somme à emprunter. Y compris, le taux et la durée de l’emprunt qui peuvent vous être présentés. Ne patientez pas jusqu’à la validation du prêt.

Cela vous donne la possibilité de :

  • Comprendre au préalable si vous semblez assurable et à quels sorts : surprise ou prix standard, degré de couverture, exclusions,
  • Économiser du temps si vous devez donner des réponses à des examens médicaux en plus et à des questionnaires de santé exposés,
  • Démarrer la concurrence en confrontant la totalité des contrats (prestations, tarifs, assurances),
  • Prévoir des options alternatives (hypothèque, caution…) si l’assurance était rejetée.

Pour plus de détails, visitez akerys-immobilier.fr !

Détermination de l’assurance nécessaire

Une fiche standardisée d’information (FSI) est logiquement donnée au co-emprunteur ou à l’emprunteur. Et ce, à chaque requête d’assurance auprès d’un expert (assureur, courtier, banquier) pour un crédit immobilier. Pour simplifier les procédures auprès de tout assureur, la FSI procède à deux actions. Elle évoque d’abord a minima les principales spécificités de l’assurance. Celle-ci a pour objectif d’assurer le règlement d’un prêt immobilier, selon l’objet de la subvention (locative, primo-accession, etc.).

La FSI expose ensuite la description et la définition des modèles de garanties qui peuvent être adhérées, les garanties présentées, les spécificités minimales imposées. Sans oublier la part du capital emprunté à couvrir, y compris une évaluation personnalisée du coût de l’assurance prévue. Il s’agit du coût total de l’assurance sur la durée prévue, le coût par périodes et en euros en fonction de la fréquence de paiement. Cela comprend également le pourcentage annuel effectif de l’assurance pour tout le prêt.

Participation à la garantie du crédit

L’assurance emprunteur vous préserve, votre lignée et vous. L’assurance peut s’occuper du règlement de votre prêt, selon le contrat auquel vous avez adhéré. Cela vous donne la possibilité d’échapper à la mise en place des garanties comme l’hypothèque et le cautionnement. Cette mise en œuvre pourrait amener à la vente de votre bien. L’assurance emprunteur assure la couverture de divers risques. La garantie en cas d’incapacité de boulot/ invalidité s’occupe du règlement des échéances.

La condition est que vous êtes dans l’inaptitude de pratiquer votre tâche professionnelle ou toute autre tâche de manière partielle ou non définitive. Et ce, après un accident ou une maladie. La garantie en cas de décès assure la couverture non seulement du décès, mais également des cas d’invalidité exceptionnellement grave. Celle-ci est nommée « perte totale et irréversible d’autonomie » ou PTIA. La garantie en cas de perte d’emploi a pour objectif le soutien de tout ou une partie des règlements en cas de chômage, sous quelques bases.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.